Tester des objets dans le magasin pour ensuite les acheter à la maison en ligne? 7 Belges qui font du shopping sur 10 ne le font jamais!

2.110 Belges ont été interrogés sur leurs habitudes d’achat dans une grande enquête sur le shopping

Samedi 10 novembre 2018

  • L’idée reçue selon laquelle les personnes qui font du shopping iraient d’abord au magasin pour ensuite acheter le même article en ligne, n’est visiblement pas correcte: 7 Belges qui font du shopping sur 10 ne le font jamais.

  • Fait remarquable: la moitié (!) des Belges ne va pas faire du shopping dans le but d’acheter quelque chose, ils considèrent surtout cela comme une forme d’excursion.

  • Le Belge qui fait du shopping en 2018 a en moyenne 41 ans et 6 mois.

  • C’est un cliché, mais les femmes restent les plus ferventes amatrices du shopping: 67% des femmes, contre 33% des hommes

  • Dans les centres commerciaux, les clients paient surtout avec leur carte bancaire, dans trois quart des cas. Dans les centres commerciaux en dehors des villes, c’est même presque dans 8 cas sur 10. Et à quoi préférons-nous dépenser notre argent dans les centres commerciaux? Top 5: vêtements (45%), loisirs (13%), chaussures, bijoux et accessoires (12%), cosmétiques et soins (10%), horeca (8%)

  • Près de 6 personnes qui font du shopping sur 10 utilisent encore la voiture pour se rendre dans le centre commercial. Avec 57 pour cent, la voiture reste le moyen de transport le plus utilisé pour faire du shopping.

L’idée qui veut que nous allions tous fouiner dans un ‘vrai’ magasin pour ensuite effectuer notre achat en ligne, n’est qu’un mythe. Sept acheteurs belges sur 10 ne le font jamais. Et le contraire ne se produit pas souvent non plus: les consommateurs ne vont que rarement voir en ligne tout ce qu’il y a à vendre sur le marché pour ensuite aller l’acheter dans un magasin. C’est ce qui ressort des résultats de l’enquête annuelle à propos du shopping, effectuée auprès 2.110 Belges, par Group Hugo Ceusters-SCMS et sa filiale Devimo Consult, qui sont ensemble les plus grands administrateurs indépendants de centres commerciaux de Belgique.

Les prédictions étaient formelles: les webshop allaient, à terme, entraîner la disparition des magasins physiques. Les consommateurs allaient d’abord ‘faire du shopping’ dans les magasins, pour ensuite rechercher le même objet en ligne et l’acheter. Il y a encore quelques années tout le monde pensait que cette tendance s’imposerait, mais il apparaît désormais que ce n’est pas le cas.

Plus encore: Group Hugo Ceusters-SCMS et Devimo Consult - les administrateurs de différents centres commerciaux dans notre pays comme Wijnegem, Waasland Shopping Center, Les Grands Prés et Rive Gauche - ont pour la première fois soumis l’idée à un test, avec un résultat remarquable. Une enquête représentative auprès de plus de 2.000 Belges montre que 7 personnes qui font du shopping sur dix n’achètent jamais en ligne après avoir “fait les magasins.”. Autre fait remarquable: 70,2 % des personnes interrogées ne s’informe pas en ligne à propos de différents produits ou prix avant d’aller faire les magasins.

“Ca fait cliché, mais c’est un fait: les personnes ne conçoivent pas le shopping de manière stratégique, c’est surtout une expérience. Quand nous allons faire du shopping, nous aimons avoir les produits en main et pouvoir sortir du magasin avec nos achats. Si par la suite- ou auparavant - nous pouvons aussi manger et/ou boire quelque chose, c’est un chouette petit plus.”

Hans Van Laer, Head of marketing en Research van Group Hugo Ceusters-SCMS

Faire du shopping comme excursion

Pour donner au consommateur cette touche “extra”, les centres commerciaux pensent de plus en plus à l’expérience. Ils essaient de se distinguer du monde du shopping en ligne. Et ça a l’air de fonctionner. La moitié des Belges qui font du shopping (50,5%) trouvent que l’expérience est importante et voient le shopping dans un centre commercial comme une sortie à part entière. Quatre personnes sur dix se baladent même plus de trois heures dans un centre commercial, quand ce centre se trouve en dehors de la ville. Et les propriétaires répondent à cette demande en proposant plus de variété sur le plan de l’horeca, en organisant de nombreux évènements, en prévoyant un coin pour les enfants pour qu’ils puissent jouer, quand ils n’organisent pas carrément des défilés de mode. Ils misent fortement sur la tendance de ‘l’experience shopping’. Cela peut sembler surprenant, mais plus d’un Belge sur 10 (11,8%) trouve cela même très important.

“Notre focus pendant une journée de shopping change de plus en plus. Jusqu’à maintenant, nous n’allions dans un magasin que pour acheter une veste ou un pantalon, alors que désormais nous voulons vraiment profiter, vivre quelque chose ou aller faire du lèche-vitrines. Raison pour laquelle nous allons aussi plus souvent boire un verre en terrasse, ou même déjeuner. Chez nous, nous investissons là-dessus depuis longtemps, et avec succès. A titre d’exemple, le Waasland Shopping Center et Wijnegem ont récemment encore remporté un Solal Marketing Award, le prix le plus important en marketing en Europe pour les centres commerciaux.”

Hans Van Laer, Head of marketing en Research van Group Hugo Ceusters-SCMS

Cette nouvelle conception qui veut que l’on considère le shopping comme une véritable excursion se vérifie également au niveau du portefeuille. Une journée shopping coûte en moyenne 81 euros et dans la plupart des cas il s’agit de dépenses pour toute la famille. Mais ce qui est remarquable, c’est que l’on dépense plus dans des centres commerciaux qui se trouvent en dehors du centre ville: en moyenne 103,9 euros, soit 40,5 euros de plus que dans un centre commercial urbain (63,35 euros). La raison? Quand nous nous rendons dans un centre commercial en dehors de la ville, c’est encore plus une expérience totale et cela devient vraiment un moment en famille. Le top-5 de nos dépenses est le suivant: vêtements (45%), loisirs (13%), chaussures, bijoux et accessoires (12%), soin (10%), horeca (8%).

Nous payons en outre presque toujours par carte dans les centres commerciaux. Les trois quarts de nos achats se font sans utiliser de cash.

Les “reines” du shopping

La plus grande enquête à propos du shopping de Belgique contient encore d’autres enseignements au sujet de notre comportement dans les magasins. Ainsi nous constatons encore et toujours que ce sont plus les femmes que les hommes qui vont faire du shopping. Le pourcentage de visiteurs est de 67% de femmes, contre 33% d’hommes. Mais … homme ou femme, en moyenne une personne faisant du shopping sur quatre a moins de trente ans (38,12%). Mais ces personnes plus jeunes ne dépensent généralement que maximum 25 euros. Selon l’enquête annuelle la moyenne d’âge d’un Belge qui fait du shopping est d’exactement 41 ans et 6 mois.

La voiture est reine

Comment nous rendons nous aux magasins? La voiture reste de loin le moyen de transport le plus populaire pour aller faire du shopping. Et ce, tant en Flandre (53,7%) qu’en Wallonie (62,5%). Autre enseignement remarquable: nous nous rendons dans les centres commerciaux en dehors de la ville en voiture dans 74,2% des cas. En ville, moins de la moitié des personnes interrogées opte pour la voiture (44,1%), mais 24,1% des consommateurs s’y rendent à pied. Quand un Belge va faire du shopping, 18% - soit presque une personne sur cinq - prend les transports en commun.

Les centres commerciaux au sein desquels l’enquête a été effectuée:

 

  • Rive Gauche (Charleroi)

  • Waasland Shopping Center (Sint-Niklaas)

  • Wijnegem

  • Les Grands Prés (Mons)

  • K in Kortrijk

  • Warande Beveren

  • Promenade Shopping Center (Kapellen)

 

Vous trouverez plus de chiffres en annexe

Hans Van Laer Marketing manager at Group Hugo Ceusters-SCMS