Le Belge dépense en moyenne 92 euros au cours d’une journée de shopping

Lundi 8 juin 2015

  • Le montant dépensé par les Belges au cours d’une journée de shopping a légèrement augmenté et atteint désormais les 92 euros.
  • Par contre, l’on assiste à une augmentation du nombre de personnes qui ne dépensent rien.
  • Les centres commerciaux attirent 5% de jeunes en plus qu’auparavant.
  • Près d’une personne sur cinq se rend dans un centre commercial en tram, en train ou en bus.
92 euros. C’est le montant que les Belges dépensent en moyenne lorsqu’ils font du shopping. Et ce montant est en majeure partie consacré aux vêtements. Mais bien que le portefeuille semble s’ouvrir plus facilement de nos jours, les achats semblent aussi plus réfléchis. Ainsi, si nous fréquentons moins les centres commerciaux, lorsque nous y allons, nous en profitons. Et nous prenons d’ailleurs davantage les transports publics pour éviter de perdre du temps dans les embouteillages. Ces sont les grandes conclusions tirées par la société Group Hugo Ceusters-SCMS, le plus grand gestionnaire indépendant de centres commerciaux dans notre pays, après avoir interrogé récemment quelque 13 298 Belges. Alors que plusieurs mégaprojets tels que Uplace, Neo et Docks Bruxsel se profilent à l’horizon, cette étude se révèle plus pertinente que jamais.

                                                       ***

Depuis plusieurs années déjà, la société Group Hugo Ceusters-SCMS traite les données socio-économiques relatives aux visiteurs de la plupart des centres commerciaux de notre pays. Mais c’est la première fois que le groupe immobilier présente les résultats de cette enquête à grande échelle. Il ressort ainsi de cette enquête que le montant moyen dépensé au cours d’une journée de shopping a légèrement augmenté pour passer de 89 euros en 2013 à 92 euros en 2014. En outre, près de la moitié du budget moyen (42 euros) est consacré aux vêtements, suivi ensuite par les équipements de loisirs (12 euros) et les produits de soins (8 euros). Les chaussures attirent également de nombreux acheteurs. Sans oublier les petites pauses que la plupart des Belges prévoient pendant leur shopping, dans un café ou un petit restaurant.

Toutefois, même si le montant moyen dépensé a légèrement augmenté, le nombre de personnes qui ne dépensent pas un sou au cours de leur journée de shopping a, quant à lui, augmenté de 4% pour passer de 6,4% en 2013 à 10,2% en 2014. Bref, les dépenses augmentent mais sont effectuées par moins de gens. L’explication doit être recherchée principalement au sein de la génération actuelle qui, à différents égards, influence largement le paysage commercial belge. Ainsi, les centres commerciaux attirent aujourd’hui près de 5% en plus de jeunes qu’en 2013 (30,1% en 2013, 34,8% en 2014), mais… ils ne sont pas toujours là pour acheter, ils préfèrent regarder d’abord ou passer leur temps à “socialiser”.

“Les jeunes introduisent doucement mais sûrement de nouvelles habitudes de shopping dans notre pays. Nous constatons une recrudescence du “showrooming”. Nombreux sont les jeunes qui vont d’abord en repérage dans le magasin et puis qui achètent sur le site web du magasin, une fois rentrés chez eux. Le phénomène inverse existe aussi : ils recherchent d’abord les informations en ligne et puis se rendent au magasin pour voir le produit de près et le toucher avant de l’acheter. Les détaillants le savent et investissent tant dans leur magasin réel que dans leur vitrine virtuelle.”

Axel Ceusters, commercial manager chez Group Hugo Ceusters-SCMS

En tram, en train ou en bus

L’étude a aussi révélé que le Belge réfléchissait davantage avant d’acheter. Ainsi, nous fréquentons moins les centres commerciaux, parfois même moins d’une fois par mois, mais si nous y allons, nous en profitons et nous nous laissons aller. Le nombre de personnes qui passent au minimum trois heures dans un centre commercial a légèrement augmenté et est passé de 24% en 2013 à 27,6% en 2014. Les problèmes de mobilité et d’embouteillage croissants jouent par ailleurs également un rôle important à cet égard.

L’année dernière, 4% de visiteurs supplémentaires, soit près d’une personne sur cinq, se sont rendus dans un centre commercial en utilisant les transports publics (13,5% en 2013, 17,5% en 2014). Cela s’explique également par le fait que ces visiteurs sont principalement des jeunes. En effet, la probabilité de prendre la voiture pour se rendre au centre commercial augmente avec l’âge. Soulignons toutefois que les gens qui prennent leur voiture pour aller faire les magasins dépensent généralement plus que ceux qui empruntent les transports publics.

“La tendance évolue lentement mais se confirme quand même en faveur d’une utilisation accrue des transports publics. Dans les années 90, par exemple, au tout début de l’existence du Wijnegem Shopping Center, plus de 90% des visiteurs venaient en voiture. Aujourd’hui, ils ne sont ‘plus que’ 77%. Pour les Belges, aller faire les magasins, c’est avant tout passer un bon moment. Et les embouteillages sont tout sauf agréables. Du coup, s’ils peuvent facilement emprunter les transports publics pour se rendre dans leur centre commercial préféré, ils optent plus facilement pour ce type de transport.” 

Axel Ceusters