Huit Belges sur dix dépensent massivement en période de fin d’année

Jeudi 11 décembre 2014 — Crise ou pas, les centres commerciaux de notre pays seront littéralement envahis au cours des prochaines semaines. Selon huit Belges sur dix, les mesures budgétaires annoncées par notre gouvernement ne freineront en rien leurs achats de fin d’année. C’est ce qu’il ressort d’une étude à grande échelle menée par le groupe immobilier SCMS-Ceusters, qui gère près de 30% du marché des centres commerciaux et est à ce titre le plus grand gérant indépendant de centres commerciaux.

                                             ***

Ce groupe immobilier, qui gère notamment le Wijnegem Shopping Center, le centre commercial K à Courtrai et Les Grands Prés à Mons, a interrogé plus de 1000 Belges au cours de ces dernières semaines, dans les plus grands centres commerciaux que compte notre pays. Les résultats montrent d’ailleurs que le Belge se prépare à nouveau pour les prochaines fêtes de fin d’année. En effet, oubliées les économies que veut réaliser le nouveau gouvernement Michel Ier: 82% des personnes ont déclaré vouloir oublier toutes les mesures annoncées pendant la période des fêtes de fin d’année. Seuls 16% des personnes interrogées ont déclaré vouloir dépenser moins, et 2% ont même déclaré qu’elles dépenseraient plus.

L’année dernière, une famille belge a dépensé en moyenne 43 euros par cadeau de Noël. Aujourd’hui, 75% des participants à l’enquête ont révélé vouloir dépenser au moins le même montant. La moitié d’entre eux (51%) envisage d’acheter des cadeaux utiles. Mais pour 23%, il faut que le cadeau soit original, pour 15% il faut quelque chose d’agréable et pour 9%, un chèque-cadeau fera l’affaire.

“Le nombre de visiteurs dans les centres commerciaux a peut-être diminué au cours de ces dernières années (-2,7% en 2014), mais la période de fin d’année et les soldes demeurent des périodes de choix en termes de fréquentation. Le Belge recherche vraiment l’ambiance de Noël en cette période. Non seulement pour acheter des cadeaux, mais simplement pour passer un bon moment en famille dans les centres commerciaux. Et c’est là que nos centres commerciaux jouent un rôle très important. Il s’agit d’ambiance, de décoration, de fun, de restauration, etc.”

Hans Van Laer, Marketing manager chez SCMS-Ceusters

Faire les magasins, une tradition

La période de fin d’année semble être le moment de prédilection pour le Belge qui recherche la convivialité des centres commerciaux. Quelque 75% des Belges interrogés choisissent également, à cette période de l’année, de faire les magasins de manière traditionnelle, alors que les visiteurs des centres commerciaux ne réalisent que 8% de leurs achats pour Noël en ligne.

Le Belge veut tout avoir lorsqu’il fait les magasins : la décoration de Noël, les illuminations, la musique, etc. Pour plus de la moitié d’entre nous (54%), l’ambiance de Noël est absolument essentielle pendant les achats de fin d’année. Et 44% des achats de fin d’année sont réalisés dans des centres commerciaux.

Rénovation et amélioration

L’étude menée par SCMS-Ceusters est la première d’une longue série d’enquêtes qui visent à déterminer les besoins du Belge en matière de shopping. Ainsi, en 2015, deux autres études sont prévues au programme. Il ressort déjà du profil des visiteurs qui ont participé à la présente enquête que 29% d’entre eux se rendaient moins d’une fois par mois dans un centre commercial, que 23% y venaient toutes les deux semaines et que 20% fréquentaient un centre commercial une fois par mois.

Le visiteur moyen d’un centre commercial est une femme de 39 ans, employée, qui fait de préférence les magasins en famille.

“Les personnes qui fréquentent les centres commerciaux ne se limitent pas à la seule expérience du shopping. C’est pourquoi, nous devons continuer à investir dans la rénovation et l’amélioration de ceux-ci. Un des exemples les plus récents à ce titre, est celui du Wijnegem Shopping Center, qui vient de subir d’importants travaux de modernisation et qui baigne dès à présent dans l’ambiance féérique de Noël.”

Hans Van Laer